• Jaurès, la vérité et le silence
  • Jaurès la vérité et le silence
  • Rallumer tous les soleils, Jaurès ou la nécessité du combat
  • Verlaine avant-centre
  • Le conte d’hiver Autolycus
  • Rallumer tous les soleils, Jaurès ou la nécessité du combat
  • Rallumer tous les soleils, Jaurès ou la nécessité du combat
  • Casimir et Caroline Merkl Franz
  • Médecins du monde

Bio

Eric Wolfer est comédien depuis 1978.

Théâtre

Formé à la Comédie de Besançon, avec Jacques Wingler.
Il poursuit sa formation autour de la méthode Stanislavski avec Valério Popesco, autour des pratiques de l’Actor’s Studio avec Blanche Salant et Paul Weaver. Il aborde le travail vocal avec le Roy Art Théâtre, avec Yoshi Oïda il s’initie au Théâtre Japonais. Avec Christian Rist, il travaille la tragédie classique, le jeu masqué avec François Cervantes., le Théâtre Shakespearien avec Maurice Bénichou, enfin, l’univers de Tchékhov avec René Loyon.
Il se forme au chant, à l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne avec Anne-Marie Graint, et au Conservatoire du 16ème Arrondissement de Paris, dans la classe de Claude Allard.

Au Théâtre, il a joué Molière, Feydeau, Labiche, Shakespeare, Vian, Obaldia, Gogol, Synge, Courteline, Jarry, Haïm, Tremblay, Brecht, Musset, Yourcenar, Bourgeade, Cervantes, Kafka, Prévert, Baudelaire, La Fontaine, Lagarce, Tirso de Molina, Schiller, Grimon, Frisch, Horváth, sous la direction de Jacques Wingler, Jacques Weber, Philippe Faur, Jacqueline Beauf, Michel Pierre, Patrick Lemauff, Gilles Chavassieux, Roland Topor, Maurice Jacquemont, Jean-Louis Robert, Judith Stewart, Anne-Laure Liégeois, François Kergourlay , Daniel Amard, Jean-Marc Montel, René Albold, Gwenhaël de Gouvello, Fabian Chappuis, Fabrice Pierre.

Il a joué également dans de nombreux spectacles musicaux, Offenbach, Kurt Weil, sous la direction de Pierre Jaquemont , Jean-Marc Forêt, Charlotte Nessi.

Cinéma

Au cinéma et pour la télévision, il a tourné essentiellement dans « Le Cantique des cantines » réalisé par Emmanuel Laurent, « Les Colporteurs du Front Populaire » réalisé par Michel Wanzele, « La Tambouriade » réalisé par Sergueï Otcharhov, « La Fuite de Monsieur Monde » réalisé par Claude Goretta.

En savoir plus

Formateur

Parallèlement à son parcours de comédien, il mène de front des actions d’enseignement. Il dirige les Ateliers de Formation Théâtre, ouverts aux professionnels du spectacle, au sein de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne. Il encadre les Classes Option Lourdes Théâtre, au lycée de Mantes la jolie. Il dirige des ateliers de pratiques amateurs, ouverts aux adultes, au sein du Théâtre du Mantois.

Avec cet atelier, il a monté « La Ligne » Fantaisie burlesque sur des textes de Henri Bergson et William Shakespeare « Chambre » de Philippe Myniana « La Dame de chez Maxime » de Georges Feydeau « La Résistible Ascension d’Arturo Ui » de Bertold Brecht « La Maison d’Os » de Roland Dubillard « La Cerisaie » d’Anton Tchekhov.

En collaboration avec des personnels de santé, il encadre de nombreux stages sur les possibilités d’utilisation du Théâtre dans un travail thérapeutique, auprès des élèves des écoles d’Educateurs Spécialisés de Montrouge, d’Infirmiers Psychiatrique de Ville-Evrard et du Centre de Musico-Thérapie.

Il intervient dans le cadre « d’Apprenti Scène » en tant que metteur en scène, où il monte avec des jeunes apprentis, des petites formes théâtrales, présentées chaque année dans un théâtre parisien.

Avec la Compagnie du Grain de Sel, pendant plusieurs années, au sein de l’IMFREP d’Orléans, il dirige avec Sarah Helly, un module Théâtre, dans le cadre des stages de retour à l’emploi, « Redynamiser par la Création et la Créativité ». Chaque cession aboutit à la présentation d’une petite forme théâtrale. Il intervient fréquemment, avec Aurélien Lorgnier, Sarah Helly, Emmanuel Gratt, au sein de convention ou de séminaire d’entreprise, où il utilise le Théâtre comme outil de réflexion, en guidant les participants dans la production de spectacles courts.

Il est par ailleurs chargé de cours de prise de parole en public, à l’Ecole des Mines de Paris.

En savoir plus

Comédien

CV Théâtre

Comédien depuis depuis 1978

Théâtre

COMÉDIE DE BESANÇON
La Double migration de Job Cardoso – P. HALET Rôle : Job Cardoso
Mise en scène J. Vingler
THÉÂTRE TÊTE D’OR
Le Médecin volant – MOLIÈRE Rôle : Gros-René
Mise en scène J. Bœuf
Mais ne te promène donc pas toute nue – G. FEYDEAU Rôle : Victor
Mise en scène J. Bœuf
Célimard le bien-aimé – E. LABICHE Rôle : Pitois
Mise en scène J. Bœuf
Le Cosmonaute agricole – R. de OBALDIA Rôle : Le Cosmonaute
Mise en scène J. Beauf
Les Lettres de mon moulin – A. DAUDET Rôles : Gaspard, Maître Cornille
Mise en scène J. Beauf
Les Fables de La Fontaine – J. de LA FONTAINE Rôles : Le Savetier, l’Aubergiste
Mise en scène J. Beauf
Les Farces du Moyen Âge Rôle : Malpaye
Mise en scène J. Beauf
Boris Vian – Montage textes et chansons Rôle : Boris Vian (Rôle chanté)
Mise en scène P. Perréon
THÉÂTRE DU 8ème
Spartacus – E. KAHANNE Rôles : Gallius, Lunaris
Mise en scène J. Weber
COMPAGNIE DE LA GOUTTE
HAMLET – W. SHAKESPEARE Rôles : Osric,Renaldo,Le Comédien
Mise en scène P. Faure
THÉÂTRE DE L’AGORA
Le Révisor – N. GOGOL Rôle : Artémy
Mise en scène R. Chalosse
ATELIER-THÉÂTRE-MUSICAL-POPULAIRE DE VILLEURBANNE
Le Baladin du monde occidental – J-M. SYNGE Rôle : Schawn Koegh
Mise en scène J-L. Robert
Renart – Opéra adapté du Roman de Renart Rôle : Grimbert (Rôle chanté)
Mise en scène J-L. Robert
Celui qui dit oui – Celui qui dit non – B. BRECHT – K. WEIL Rôle : L’étudiant (Rôle chanté)
Mise en scène J-L. Robert
L’ATTROUPEMENT
La Résistible ascension d’Arturo Ui – B. BRECHT Rôles : Flake, Ted Ragg, Dollfoot
Mise en scène P. Lemauff
LES MUSICOMÉDIENS
Comme il vous plaira – W. SHAKESPEARE Rôles : Corin, Le Beau
Mise en scène M. Jaquemont
L’Ile de Tulipatan – J. OFFENBACH Rôle : Cacatois (Rôle chanté)
Mise en Scène M. Jaquemont
Il Signor Fagotto – J. OFFENBACH Rôle : Caramello (Rôle chanté)
Mise en scène M. Jaquemont
Fantasio – A. de MUSSET Rôle : Marinoni (Rôle chanté)
Mise en scène P. Jaquemont
COMPAGNIE DAVIELLE
Nicodème dans la Lune – B. DE REGNY Rôle : Le Curé (Rôle chanté)
Mise en scène J. Stewart

THÉÂTRE DES ATELIERS – THÉÂTRE DE L’EST PARISIEN
Sainte-Carmen de Montréal – M. TREMBLAY Rôle : Cure-dents (Rôle chanté)
Mise en scène G. Chavassieux
ENGRENAGE THÉÂTRE
La Moschéta – A. de BEOLCO Rôle : Ruzante
Mise en scène R. Albold
Noce – J-L. LAGARCE Rôle : Le Monsieur
Mise en scène R. Albold
Chien des Quais – A. BARRIÈRE Rôle : Busta
Mise en scène R. Albold
Verlaine Avant-centre – JL. CRIMON Seul en scène
Mise en scène R. Albold
THÉÂTRE NATIONAL DE CHAILLOT
Ubu Roi – A. JARRY Rôles : Ladislas, Jean Sobiesky
Mise en scène R. Topor
ENSEMBLE  JUSTINIANA
La Petite sirène – C. ANDERSEN – M. YOURCENARD Rôle : Mégog (Rôle chanté)
Mise en scène C. Nessi
Le Voyage dans la lune – J. OFFENBACH Rôle : Micro (Rôle chanté)
Mise en scène C. Nessi
Bataclan – J.Offenbach Rôle : Micro (Rôle chanté)
Mise en scène C. Nessi
Les Tréteaux de Maître-Pierre – Cervantes – de Falla Rôle : Sancho Panza (Rôle chanté)
Mise en scène C. Nessi
Hänsel et Gretel -E. HUMPERDINCK Rôle : Le Valet de la sorcière
Mise en scène C. Nessi
Le Château de Barbe-Bleue – B. BARTOK Rôle : Le Régisseur
Mise en scène C. Nessi
Sans Crier Gare – C. TABET Rôle : Le Maire
Mise en scène C. Nessi
Le Petite messe solennelle – G. ROSSINI Rôle : Le Maître de maison
Mise en scène C. Nessi
THÉÂTRE DU MASQUE D’OR
Le Songe d’une nuit d’été – W. SHAKESPEARE Rôle : Botton
Mise en scène M. Pierre
La Valse du hasard – V. HAÏM Rôle : l’Ange
Mise en scène M. Pierre
La Dame de chez Maxim’s – G. FEYDEAU Rôle : Le Général du Grélé
Mise en scène R. Albold
Musée haut Musée bas -JM. RIBES Rôles : Bourdon, Sulku, Un Gardien
Mise en scène R. Albold
Le Conte d’hiver – W. SHAKESPEARE Rôle : Autolycus
Mise en scène R. Albold
THÉÂTRE DU FESTIN
Loterie sanglante – A. DE LORDE Rôle : Baudran
Mise en scène A-L. Liégeois
OPÉRA THÉÂTRE DE BESANÇON
Le Pays du sourire – F. LEHART Rôle : Fou-li
Mise en scène J-M. Forêt
THÉÂTRE DES EMBRUNS
Le Procès de Charles Baudelaire – P. BOURGEADE Rôle : Baudelaire
Mise en scène D. Amard
La Fiancée de l’étrange Grégoire – F. KAFKA Rôle : Le Père
Mise en scène D. Amard
Tristan et Yseult – D. MEYER Rôle : Le Roi Marc
Mise en scène D. Amard
COMPAGNIE AUTREMENT DIT
Courteline au caf’conc’ – G. COURTELINE Rôle : Le Commissaire
Mise en scène J-M Montel
COMPAGNIE FRANÇOIS KERGOURLAY
Chat en poche – G. FEYDEAU Rôle : Landernau
Mise en scène F. Kergoulay
COMPAGNIE DU CATOGAN
Le Timide au palais – T. DE MOLINA Rôle : Le Comte d’Estremoz
Mise en scène G. de Gouvello
Zadig – VOLTAIRE Rôle : La Philosophie
Mise en scène G. de Gouvello
COMPAGNIE ORTEN
Marie Stuart – F. SCHILLER Rôle : Talbot
Mise en scène F. Chappuis
Le Cercle de craie Caucasien – B. BRECHT Rôles : Abaschvili, Le Prince Obèse
Mise en scène F. Chappuis
Andorra – M. FRISCH Rôle : Le Menuisier
Mise en scène F. Chappuis
ENGRENAGE THÉÂTRE
Jaurès, la vérité et le silence – R. ALBOLD Rôle : Jean Jaurès
Mise en scène R. Albold
COMPAGNIE AIGLE DE SABLE
Rallumer tous les soleils – J. PÉLISSIER Rôle : Jean Jaurès
Mise en scène M. Vlach
ENSEMBLE JUSTININA
Des Enfants à croquer – J.SWIFT – C.TABET – É.ROCHE Rôle : Le Conférencier
Mise en scène C. Nessi – M. Guermyet
THÉÂTRE du MASQUE D’OR
Casimir et Caroline – Ö VON HORVATH Rôle : Le Merkel Franz
Mise en scène F. Pierre
Télécharger le CV Comédien

CV Cinéma

Cinéma Télévision
Le Cantique des cantines …………………………………………………….….. Rôle : Un chanteur
Réalisation E. Laurent
Les Colporteurs du Front Populaire …………………………………….….. Rôle : Le Préfet
Réalisation M. Vanzele
La Tambouriade ……………………………………………………………………… Rôle : Napoléon
Réalisation S. Otcharhov
La Fuite de Monsieur Monde …………………………………………………… Rôle : Le Client
Réalisation C. Goretta
Garçon manqué …………………………………………………….. Rôle : Un chauffeur de taxi
Réalisation D. Delrieux
L’Echarde …………………………………………………………… Rôle : L’inspecteur
Réalisation H. Lavayssière

Télécharger le CV Cinéma

Spectacles

  • Memento mori

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Casimir et Caroline

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Andorra

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Bataclan

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Des enfants à croquer

    Ensemble Justiniana Des Enfants à croquer – adapté de « Modeste proposition » de Jonathan Swift Rôle : Le conférencier Mise en scène Charlotte Nessi-Mike Guermyet Composition musicale : Etienne Roche Chef de chœur : Scot Alan Prouty S…
  • Rallumer tous les soleils

    COMPAGNIE AIGLE DE SABLE Rallumer tous les soleils, Jaurès ou la nécessité du combat – Jérome Pélissier Rôle : Jean Jaurès Mise en scène Miléna Vlach
  • Jaurès, la vérité et le silence

    ENGRENAGE THÉÂTRE Jaurès, la vérité et le silence – René ALBOLD Rôle : Jean Jaurès Mise en scène René Albold Composition musicale et accordéon : Bruno Luigi Réalisation vidéo : David Lezeau Régie : Aline Martinet Distribution : Ge…
  • Le Cercle de craie caucasien

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Marie Stuart

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Zadig

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Timide au palais

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Courteline au caf’conc’

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Tristan et Yseult

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Fiancée de l’étrange Grégoire

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Procès de Charles Baudelaire

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le pays du sourire

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Loterie sanglante

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Conte d’hiver

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Musée haut musée bas

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Dame de chez Maxim’s

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Valse du hasard

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Songe d’une nuit d’été

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Sans crier gare

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Château de Barbe-bleue

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Hänsel et Gretel

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Les Tréteaux de Maître Pierre

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Voyage dans la lune

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Petite sirène

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Verlaine avant-centre

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Chien des quais

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Noce

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Moscheta

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Fantasio

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Il Signor Fagotto

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • L’Ile de Tulipatan

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Celui qui dit oui – Celui qui dit non

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Le Baladin du monde occidental

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Hamlet

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Spartacus

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • Boris Vian

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.
  • La Double migration de Job Cardoso

    Ut commodo, libero quis ultricies tincidunt, neque diam porta augue, sit amet sollicitudin magna dolor in nisl.

Formateur

Transmettre

Transmettre

Transmettre

Mon parcours professionnel de comédien débute en 1978. En 1982, Antoine Duhamel et Jean-Louis Robert me proposent la conduite des Ateliers de Formation Théâtre, ouverts aux professionnels du spectacle, au sein de l’Ecole de Musique de Villeurbanne…

J’ai le souvenir d’avoir ressenti alors une immense inquiétude, sûrement provoquée par le peu de légitimité que je m’accordais à accepter cette offre, tant elle intervenait précocement dans mon parcours professionnel. Pour me persuader, il avait fallu de longues heures de discussion Je me souviens aussi d’avoir préparé le contenu des ateliers dans leurs moindres détails et, malgré cela, d’être arrivé plein d’inquiétude à la première séance. Mais durant son déroulement, j’ai très vite éprouvé un grand bonheur à transmettre, une espèce de jubilation à proposer, à chercher ensemble l’écriture scénique adéquate d’un texte, par exemple. J’ai tout de suite ressenti que j’avais des aptitudes réelles à faire des propositions claires de travail, à développer et faciliter le travail collectif par des impulsions justes et dynamiques, à répondre aux questionnements des participants, à prendre en compte leurs points de vue.

Même si tout n’était pas parfait, loin s’en faut – il me restait à gagner en souplesse, en capacité d’adaptation, à apprendre à ne pas craindre les silences, les hésitations et à risquer des propositions sans assurance de succès – ce qui transparaissait et dominait dans ma pratique était le plaisir à enseigner.
Au fil des années et des expériences accumulées, il m’est apparu de façon évidente que l’enseignement demeurait un formidable moteur pour maintenir une réflexion permanente sur le théâtre, son évolution, ses courants esthétiques, sa place et son rôle dans la société. On enseigne bien ce que l’on sait mais aussi et surtout ce que l’on cherche, ce que l’on parvient à mettre en questionnement, en perspective. Ce qui me plaît dans l’acte d’enseigner, c’est qu’il implique un questionnement permanent.

J’ai mesuré par la suite comme l’enseignement du théâtre était pour l’enseignant lui-même, un formidable outil de compréhension des textes, en tout cas un moyen de modifier sa perception et sa connaissance d’un auteur. Pendant plusieurs années, j’ai eu l’occasion d’encadrer des classes « option théâtre » au lycée. Les terminales se voyaient imposer un auteur par trimestre. Il est arrivé que Marivaux fasse partie de notre bouquet. Or, à cette époque, Marivaux ne m’attirait pas spécialement ; je n’en percevais pas toute la force, la violence, la cruauté ; je restais bloqué à la surface des choses, ne parvenant pas à passer au-dessus de la « joliesse » du texte. Bref, Marivaux n’était pas l’auteur que j’aurais spontanément choisi. Et pourtant, c’est sans doute un des plus beau travail que j’ai conduit en atelier, contraint que j’avais été de l’aborder, de le questionner, de le mettre en œuvre, de le comprendre ; j’en avais perçu toute sa force et tout son génie. Enseigner le théâtre, c’est pour moi tenter de mieux le comprendre.

J’ai eu l’opportunité de mener toutes ses actions de formation en poursuivant mon métier de comédien et s’il est évident que mon expérience d’enseignant s’est considérablement enrichie des pièces que j’ai jouées, l’inverse est vrai également. Mon parcours d’enseignant, par la mise en distance qu’il implique, la mise en questionnement et l’analyse qu’il nécessite a enrichi mon métier de comédien. C’est la raison pour laquelle je trouve cohérent et nécessaire de continuer à conduire de front cette double activité.

Indépendamment de ses orientations pédagogiques, du type de théâtre qu’il affectionne, des modèles théoriques sur lesquels il s’appuie, le professeur est amené à s’impliquer toujours plus dans sa relation de guide auprès de ses élèves. Car c’est bien avant tout de l’humain dont il s’agit. L’instrument de l’acteur étant son propre corps, l’élève est tout à la fois outil et matière, instrumentiste et instrument. Dans l’enseignement du théâtre, c’est cet accompagnement qui me touche et m’intéresse.

Projet pédagogique

Projet pédagogique

Il est difficile de rédiger un projet pédagogique précis en matière d’enseignement du théâtre sans connaître à qui on le destine. Les contenus varient sensiblement selon que l’on s’adresse à des adolescents dans un cours d’initiation ou d’approfondissement ou à de jeunes adultes déjà en cours de perfectionnement. L’âge, l’objectif et les motivations des participants sont des variables importantes dans l’élaboration du projet. C’est pourquoi je mettrai simplement en lumière quelques principes pédagogiques auxquels je crois, fruits de ma pratique du théâtre en tant qu’enseignant et en tant que comédien.

 Jouer est un réflexe qui garantit le développement de l’enfant et sa survie. Ce n’est pas une « seconde nature » mais la toute première nature et cela ne s’enseigne évidemment pas comme la chimie ou la plongée sous-marine. Alors, si le jeu ne s’enseigne pas, comment pouvons-nous développer ou entraîner la capacité à jouer ? ……………
…… Plutôt que d’affirmer que l’acteur X a plus de talent que l’acteur Y, il est certainement plus juste de dire que X est moins bloqué que Y. » Declan Donellan. L’acteur et la cible.

Tenter de dissoudre les blocages qui empêchent le jeu.

C’est développer la capacité d’être au présent, c’est abandonner tout volontarisme à exprimer telle ou telle émotion, éprouver tel ou tel sentiment. Bref, c’est tendre vers le lâcher prise du corps et de l’esprit, sans lequel il ne peut y avoir de véritable jeu.

L’instrument de l’acteur est son propre corps. Il convient d’abord de l’aiguiser, de   l’entraîner, de le façonner, pour qu’il devienne plus libre, plus malléable, plus disponible.

Je doute qu’il soit possible d’envisager une année complète de cours durant laquelle les « apprentis » seraient contraints au silence mais, dans la perspective d’une formation longue,   cela pourrait être très pertinent.

Apprendre à mobiliser son énergie sans tension, à trouver le relâchement, à utiliser ses sensations physiques, sa mémoire sensorielle. Appréhender l’espace et le positionnement géométrique juste, expérimenter la disponibilité dans la relation avec le ou les partenaires, travailler sur l’ouverture, le regard. Par la discipline physique, faire de son corps un instrument disponible, pour trouver sa liberté.

Maintenir cette approche plus physique que mentale, plus organique que psychologique sur le travail des scènes.

Certes, il sera nécessaire de passer du temps sur le sens d’un texte, sur l’analyse et la compréhension d’une scène, sur le décryptage des enjeux. Il sera fondamental de replacer l’œuvre dans son contexte historique, de la rattacher à tel ou tel mouvement ou courant littéraire, à telle ou telle école esthétique, de bien cerner les caractéristiques de l’écriture et de la syntaxe. À ce titre, le travail à la table sera toujours précieux. Mais je reste convaincu que notre intelligence et notre réflexion, bien que très utiles, ne sont pas les outils principaux de l’acteur. Le corps, une fois entraîné, est pour lui un outil plus efficace et plus puissant pour  trouver une vraie profondeur et une vraie justesse à son interprétation.

L’approche psychologique du personnage s’avère vite piégeante et réductrice dans la direction d’un élève-acteur, si l’on n’y prend pas garde. En effet, cette approche, en mettant en avant la logique psychologique, risque de limiter considérablement les possibilités de jeu.

Développer l’imaginaire pour que l’acteur puisse être dans le présent de la scène.

Définir les enjeux d’un personnage dans une scène est un point de départ obligé mais pour que la définition de ces enjeux ne demeure pas théorique et intellectuelle et soit réellement opérante, il importe pour l’acteur de pouvoir les transformer en images claires les plus concrètes possibles. Ce qui aide l’acteur, c’est de dissoudre le « ce que je veux » du personnage dans l’image de la chose que le personnage désire. C’est cette image, agissant à l’extérieur de l’acteur, qui le maintiendra en contact permanent avec les enjeux du personnage, dans le présent de la scène et qui évitera à l’acteur d’être dans le général, dans l’anticipation, ou la démonstration du sentiment.

De la même façon que l’on entraîne son corps, il convient de consacrer beaucoup de temps à développer la capacité à créer des images.

Travailler la figure du personnage pour laisser le corps agir sur l’interprétation.

Lors de la création de la Mouette, Tchekhov reprochait à Stanislavski d’avoir habillé Trigorine de façon trop élégante. Il insistait sur le fait que ce personnage devait à ces yeux avoir des souliers troués, plus que des chaussures habillées. Cette observation va beaucoup plus loin qu’un simple détail esthétique. Il est capital, en effet, de travailler très tôt sur la silhouette du personnage, d’en chercher la figure juste. Différentes propositions de costume vont altérer la façon d’être dans l’espace du comédien, modifier sa façon de marcher, de regarder, lui permettre de trouver le rythme spécifique. Le travail sur la composition de la figure n’est pas seulement un travail extérieur ; en libérant le corps, il agit comme un déclencheur organique qui ouvre les portes d’une construction plus profonde du personnage ; il participe au lâcher prise nécessaire au jeu de l’acteur, en l’amenant plus loin que ne  le ferait son intelligence ou sa réflexion. Le soulier troué, la chemise tachée, ou la veste élégante, fonctionne à mes yeux comme le masque. Même pour  travailler des répertoires qui a priori n’appellent pas le masque, je trouve qu’il est très utile de faire appréhender aux élèves le jeu masqué. Bien utilisé, il s’avère être un formidable outil qui libère le corps du mental et révèle des possibles qui sans son aide seraient restés cachés derrière des formes attendues ou convenues. Les masques, la penderie ou la malle à costumes, sont pour moi des outils importants.

Le Théâtre, le lieu d’où l’on voit.

Le mot « théâtre » vient du grec « theatron », le lieu d’où l’on voit, d’où l’on comprend, d’où l’on interroge. Que l’on aborde les écritures contemporaines ou le répertoire classique, le théâtre est un moyen de compréhension de l’humain, de la société; c’est avant tout une formidable école de vie qui développe l’imagination, la sensibilité, l’intelligence.  Il est difficile d’imaginer un cours de théâtre individuel. C’est pourquoi la classe devient, pour chacun des élèves, un instrument de formation. L’élève travaille au sein d’un groupe, tantôt acteur, tantôt spectateur; il apprend en faisant mais aussi en regardant, en nommant ce qu’il sent et ce qu’il voit. La confrontation avec le spectateur est constitutive du théâtre qui n’existe véritablement que par et à travers un public. Il convient donc d’organiser fréquemment des rencontres avec des spectateurs.

Pour confronter les élèves à des courants esthétiques différents, à des partis pris de mise en scène variés, pour leur donner les bases d’une analyse critique, il est fondamental de permettre aux élèves d’assister régulièrement à des spectacles professionnels.

Enseignant et formateur

Enseignant depuis 1982

Titulaire du diplôme d’état d’enseignement du théâtre.

Enseignement du théâtre

A l’École Nationale de Musique de Villeurbanne :

Cours ouverts aux professionnels du spectacle, dans le cadre de l’Atelier Théâtre Musical (ATMPV) créé par Antoine Duhamel et Jean-Louis Robert. De 1982 à 1986.

Dans les lycées, dans le cadre des options théâtre

Classes de 2de, 1ère, terminale. Option  lourde et légère au lycée de Mantes-la-Jolie. Travail en collaboration fréquente avec l’option d’art graphique. De 1994 à 1997.

Dans les ateliers du Théâtre du Mantois

Adultes amateurs, travail centré selon l’année, sur un  thème, un univers de jeu, une esthétique théâtrale. Travail physique, Initiation au clown, à l’improvisation. Projet de saison aboutissant à la création d’un spectacle. De 1994 à 2000.

Intervention formateur

Au cours de nombreux stages

En collaboration avec des médecins psychiatres, encadre des stages sur les possibilités d’utilisation du théâtre dans un travail thérapeutique, auprès des  élèves des écoles d’éducateurs spécialisés de Montrouge, d’infirmiers  psychiatriques de Ville-Evrard et du Centre de Musico-Thérapie de Paris. De 1989 à 1992.

Conception de cessions de formation de retour à l’emploi, avec des chomeurs longue durée

Avec “l’Infrep d’Orléans” : “ Redynamiser par la création et la créativité.”

Travail centré sur l’écriture et la production de petites formes théâtrales présentées devant un public en fin de formation. Travail mené en collaboration avec une plasticienne. De 2000 à 2007.

Avec la compagnie du “Grain de sel” : “Projet Pars ! Cours !”.

En partenariat avec les PLIES du Val d’Orges, de Bagnolet et de la communauté d’agglomérations “Est-ensemble”. Mise en scène d’un spectacle écrit à partir du parcours de vie des participants et joué dans un théâtre. Projet financé par le fonds social européen. Quatre sessions de “Pars ! Cours !” depuis 2010.

Dans le cadre de l’opération ApprentiScène

Ecriture et mise en scène de petites formes théâtrales avec de jeunes apprentis comédiens. Opération financée par le Conseil régional d’Ile de France. Chaque année depuis 2006.

Dans le cadre de conventions et de séminaires d’entreprises

Entraînement des participants à la prise de parole en public. Utilisation du théâtre comme outil d’action et de réflexion. Aide à la conception et à la realisation de spectacles courts par les participants, sur les thèmes des conventions. De 1999 à 2013.

 Au sein de l’Ecole des Mines

Chargé de cours d’expression orale et de prise de parole en public. Depuis 2006.

Télécharger le CV Formateur

En entreprise

Formation – Théâtre – Evénementiel en entreprise

Formateur en entreprise

Intervention de formation à la prise de parole en public.

Utilisation du théâtre comme outil d’action et de réflexion :
-« Turbo Théâtre » : Aide à la conception et à la réalisation de spectacles courts par les participants, sur le thème central de la convention.
-« Match d’improvisations » : Utilisation des techniques d’improvisation, pour développer et favoriser l’innovation et la créativité.
-« Théâtre Forum » : Utilisation du théâtre comme outil de changement et d’amélioration des comportements et des pratiques.

Actions menées dans le cadre de séminaires de formation avec PSA, la Caisse d’Epargne, La Poste, AXA, Groupama, BNP, Davigel, Forco, Le secours populaire.

Théâtre en entreprise

Avec le groupe « Inouï » :

Spectacles joués dans le cadre de nombreuses conventions pour le réseau Renault France Automobile (40 représentations en France), PSA, Pôle emploi, Valéo, Dupont, Faurécia.

Avec la compagnie du « Grain de Sel » :

« Petits contes bancaires »
500 ans d’histoire de la banque du pauvre, en 45 minutes. Spectacle joué dans le cadre des universités de formation Caisse d’Epargne.

« La Bourse ou la vie »
Spectacle d’anticipation sur la banque de demain. Spectacle joué dans le cadre des universités de formation Caisse d’Epargne.

« Ça cartonne ! »
Spectacle sur le développement durable.

Evénementiel en entreprise

Avec Barocco Evénements

Conception, répétition, et tournage de petits films, avec les personnels du groupe Tena, réunis en séminaire de management.

Avec Production Privée

Intervention en tant que comédien dans un événementiel sur le cinéma, pour la clôture d’un séminaire.

Télécharger le CV Entreprise

Pars ! Cours !

Pars ! Cours !

Avec la compagnie du “Grain de sel” : “Projet Pars ! Cours !”.

En partenariat avec les PLIES du Val d’Orges, de Bagnolet et de la communauté d’agglomérations “Est-ensemble”. Mise en scène d’un spectacle écrit à partir du parcours de vie des participants et joué dans un théâtre. Projet financé par le fonds social européen. Quatre sessions de “Pars ! Cours !” depuis 2010.

« Pars ! Cours ! » est un projet de mobilisation individuelle par la création théâtrale, s’adressant à des personnes rencontrant des dificultés dans la construction ou la redéfinition de leurs projets professionnels. Il réunit 12 participants sur une période de 8 jours. Leur objectif : construire et présenter un spectacle court, dont le texte sera écrit par un auteur, à partir de leurs parcours de vie.
Ce projet mobilise deux metteurs en scène et un auteur qui accompagnent le groupe dans sa démarche.

En savoir plus :

  • Retrouver confiance et estime de soi par le jeu théâtral qui stimule l’imagination et permet aux participants de mobiliser toutes leurs ressources physiques, intellectuelles. Par les espaces de liberté que toute situation théâtrale installe, le jeu favorise les possibilités de choix et de décision.
  • L’objectif de la représentation, fait de ce projet une aventure collective. Les enjeux du travail sont que chacun trouve sa place, place reconnue et valorisée, sente l’apport irremplaçable qui est le sien, la confiance qui lui est faite et celle qu’il doit nécessairement accorder aux autres, pour que le projet soit possible.
  • Un auteur écrit une fiction à partir des éléments de parcours de vie que chaque participant aura bien voulu lui confier. Ces parcours de vie sont transfigurés dans cette fiction, ceci permet à chacun, devenu acteur, de porter un regard neuf sur les éléments qui lui appartiennent, de trouver une distance par rapport à son propre parcours afin de mieux se le réapproprier.
  • Proposer une expérimentation d’un large éventail de techniques théâtrales : improvisation, jeu masqué, théâtre d’objet, travail vocal, marionnette, afin que chacun trouve dans toutes ces techniques différentes, au moins une zone de confort, connaisse un instant de réussite et de facilité. De là naitra l ‘envie de continuer, L’envie de démarrer, l’envie d’aboutir.

Crédit Photos : Geneviève Beauzé (genebee@free.fr)

Contact






Téléphone
01 48 55 57 02 / 06 81 80 26 30